Les solutions de contractualisation des PPA en France – Stratégie et Engagement – EnR Entreprises 2019

Publié le 29 Janvier 2020

[ssba-buttons]
Accueil > Docs & actus > Vidéos > Les solutions de contractualisation des PPA en France – Stratégie et Engagement – EnR Entreprises 2019

Le 20 novembre 2019, Orygeen participait à la deuxième édition de la Conférence EnR Entreprises qui s’est tenue au Ministère de l’Économie et des Finances à Paris Bercy. L’événement a réuni plus de 265 participants. Un de ses objectifs était de partager les bonnes pratiques actuelles en matière de développement des énergies renouvelables.

Représenté par Corinne Duvermy, Senior advisor, Orygeen est intervenu lors d’une table ronde sur le thème des PPA, plus précisément sur les solutions de contractualisation. Mené par la journaliste Natalie Croiset, l’échange réunissait également Romain Talagrand, Head of Power and Renewable chez BNP Paribas, Sylvain Guedon, Directeur Général d’Agregio, Sylvie Perrin de la Plateforme Verte, et Dominique Darne, Administrateur chez France Énergie Éolienne.

La contractualisation des PPA

À la question “Peut-on standardiser un PPA ?”, Corinne Duvermy a fait la distinction entre grands et plus petits comptes. « Certaines parties oui, d’autres non. Un Corporate PPA est d’abord le résultat d’une stratégie. Les grands comptes doivent avoir une vision stratégique de leurs activités, c’est-à-dire comment elles vont évoluer dans le temps, comment leur production va évoluer dans le temps, à quelle échéance va être fait le PPA, 5,10,15 ans… Ensuite, veulent-ils de l’additionnalité ? Devenir 100% vert ? Ou avoir une trajectoire : 20%, 30%, 50% puis 100%… Tout cela a un impact sur la structuration du PPA. Il est donc important, avant de faire un PPA, d’avoir une vision stratégique et des objectifs clairs. Pour les plus petits comptes, on peut massifier et standardiser. Cela est complètement différent. »

Un PPA oui, mais à quel prix ?

Au sujet du coût d’un PPA, Corinne a tenu à expliquer : « Pour le consommateur, l’important est de savoir si le prix restera dans le marché. S’engager sur 15, 20 ans, pourquoi pas. Une solution pour un gros consommateur est d’empiler plusieurs PPA avec des prix différents qui interviennent sur des temps différents, ce qui permet de moyenner le prix et de mitiger le risque pour le portefeuille. »

PPA : un accompagnement indispensable  

Évoquant ensuite l’importance de l’accompagnement des entreprises lors de la mise en place d’un PPA, Corinne Duvermy s’est clairement positionnée : « Pour le démarrage, c’est sûr. L’entreprise a besoin d’une expertise pour comprendre comment fonctionne les actifs renouvelables et les clauses contractuelles qui sont très différentes de la fourniture classique. Il faut aussi pouvoir faire l’interface entre agrégateurs, producteurs et consommateurs. »

PPA en autoconsommation et pérennité du business

Le thème de l’autoconsommation a aussi été abordé, Corinne ayant alors évoqué un cas de figure original : « Une chose est extrêmement claire, si les entreprises ne savent pas si elles vont rester dans le même bâtiment pendant 15 ans, cela devient très compliqué. Il y a quelques solutions que j’ai vu apparaître, pas en France, mais ailleurs, il était prévu dans le contrat que s’ils déménageaient, on pouvait démonter et remonter ailleurs. Et du coup, ça complexifie les contrats de manière significative. La pérennité du business est un vrai sujet pour l’autoconsommation. »

PPA : un ensemble contractuel complexe

Corinne Duvermy a conclu avec ce qui représente pour elle la clé de la contractualisation d’un PPA : « Pour un certain nombre de consommateurs, je pense que la vision stratégique est clé. Un PPA est un ensemble contractuel engageant le long terme, et lié à la vision du business. »

Vous avez un projet de performance énergétique ?