La préoccupante fonte des glaces du Groenland en 2019


Élévation du niveau des océans, changement de circulation des courants marins, répercutions sur la pêche… Les manifestations liées au changement climatique sont de plus en plus inquiétantes, et l’année 2019 pourrait bien battre des records.

Fonte des glaces au Groenland

Crédits : Florian Ledoux, photographe animalier polaire

Un hiver dangereux pour l’Arctique

Au Groenland, une augmentation de la température moyenne de 3°C a été enregistrée au cours des cent dernières années. Selon une étude de la revue PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences), cette élévation de la température a eu pour effet d’accélérer la fonte des glaces au cours de la dernière décennie (elle a été multipliée par 4). Professeur de glaciologie à la Commission géologique du Danemark et du Groenland, Jason Box explique que l’hiver dernier fut très doux en Arctique : en raison des faibles précipitations, la couche de neige hivernale a été mince et la fonte des glaces a commencé 3 à 4 semaines en avance. Dans l’étude qu’il a réalisée sur le sujet, Jason Box parvient à des projections pour le moins alarmantes : « 2019 s’annonce comme une année à très haute fonte de glace pour le Groenland ».

Après avoir rencontré le scientifique à Copenhague et discuté avec lui de ses dernières études sur l’Inlandsis du Groenland et de la contribution mondiale de l’Arctique de l’augmentation du niveau de la mer entre 1971-2017, l’équipe Arctic Arts Project s’est rendue sur la côte ouest du Groenland. Composée de photographes renommés, son objectif est de constater la réalité sur place et de rapporter des clichés.

Des shorts et robes d’été à la place des parkas et des bottes…

Quand l’équipe arrive sur place, l’équipement vestimentaire des habitants de la petite ville d’Ilulissat illustre d’étonnants changements dans la région. Les photographes d’Arctic Arts Project en sont les premiers surpris : la population locale est légèrement vêtue. Mais les changements constatés ne s’arrêtent pas là. Les pêcheurs et chasseurs locaux confient aux photographes avoir pu naviguer tout l’hiver du fait de la finesse de la couche de glace. Il y a 20 ans, les mêmes trajets se faisaient à pied sur la glace.

Lors de son séjour groenlandais, l’équipe de photographes a pris des clichés impressionnants. Ils témoignent de la fragilité de l’Arctique et des changements à l’œuvre.

L’inlandsis du Groenland, deuxième plus grande masse de glace sur terre, recouvre 80 % du territoire. Cet hiver, la couche de glace n’a pas gagné en épaisseur. Ce phénomène très inquiétant préfigure une fonte massive record. Dans la seule journée du 13 juin, la température a dépassé les 17°C : 2 milliards de tonnes de glaces auraient fondu ce jour-là…

L’urgence de « transitions sans précédent historique »

Étude après étude, de nombreux scientifiques et observateurs constatent cette accélération du rythme de la fonte des glaces, faisant notamment craindre une montée du niveau des océans. C’est une conséquence directe du réchauffement climatique.

Ce phénomène d’augmentation des températures liée à l’activité des sociétés humaines et de l’industrie et à l’effet de serre (entre autres) est étudié par le GIEC. Ce Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat, a été créé en 1988 par l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) et le Programme pour l’Environnement des Nations Unies (PNUE). Ses rapports synthétisent les travaux de milliers de chercheurs qui analysent les tendances et prévisions mondiales en matière de changements climatiques. Publié en octobre 2018, le dernier rapport du GIEC insistait sur l’urgence de « transitions sans précédent historique » ainsi que de la réduction des rejets de gaz à effet de serre.

Dans tous les secteurs d’activités, la transition énergétique s’impose vraiment comme une nécessité absolue si l’on veut préserver la planète et des conditions de vie dignes. Nous devons tous modifier nos modes de production et de consommation. Et il faut le faire aujourd’hui.

La mer recouvre la banquise
Crédits : Florian Ledoux

Note : Les clichés publiés dans cet article ont été pris par Florian Ledoux. Photographe récompensé par de nombreux prix internationaux prestigieux, il faisait partie de l’équipe Artic Arts Project qui s’est rendue au Groenland au printemps 2019.