Chaleur fatale, gisement d’énergie important pour l’industrie

La chaleur fatale : une vraie ressource énergétique pour l’industrie

> Docs & actus > Glossaire > Chaleur fatale

La chaleur fatale est l’énergie thermique indirectement produite par le processus, et qui n’est ni récupérée, ni valorisée. Elle apparaît sous différentes formes :

  • liquide (eaux de refroidissement),
  • gazeux (air conditionné, air chaud ou froid, buée, vapeur et fumée liée aux fours industriels, chaudières et incinérateurs),
  • diffus (refroidissement naturel des produits et chaleur rayonnée).

Quels sont les enjeux de la récupération de l’énergie fatale sur un site industriel ?

  • faire des économies d’énergie,
  • diminuer les achats d’énergie extérieure,
  • réduire l’émission de CO2.

La valorisation thermique correspond à la transformation de la chaleur en électricité pour un usage interne (pour subvenir aux propres besoins de chaleur et/ou en électricité des entreprises) ou externe (pour répondre aux besoins des autres entreprises après injection dans le réseau électrique).

Les atouts de la transformation de la chaleur fatale

Récupérer la chaleur fatale permet de :

  • améliorer son efficacité énergétique,
  • réduire sa dépense énergétique grâce à une énergie de récupération,
  • baisser ses dépenses d’achat d’énergie,
  • pouvoir bénéficier d’aide de l’Ademe (Fonds Chaleur) ou la Prime Énergie CEE,
  • diminuer son bilan carbone.

Pour optimiser la chaleur fatale, il est recommandé de faire une étude de faisabilité afin de définir la stratégie à mettre en place et d’établir une feuille de route sur le long terme basé sur un diagnostic solide.

En savoir plus sur Orygeen :


Vous souhaitez recevoir la newsletter d'Orygeen ?

En cliquant sur « ENVOYER », vous confirmez que vous acceptez notre politique de confidentialité qui vous informe des modalités de traitement de vos données personnelles ainsi que de vos droits sur ces données. Conformément à la loi, vous disposez d'un droit d'accès, de rectifications et d'opposition, en cliquant ici.